ACCOMPAGNER LES ENFANTS LORS D’UN DÉCÈS DANS LA FAMILLE


Par Marie-Dominique Genoud. Responsable du travail psychosocial et cheffe de projets à la Fondation As’trame, Lausanne.

Dans le cadre de cet article, le mot "enfants" se réfère à toutes les classes d’âges. Chaque fois qu’une différenciation sera nécessaire, elle sera faite. Quand un papa, une maman, un frère ou une soeur, un grand-parent ou une autre personne que l’enfant aime meurt, il est en deuil. Il est alors essentiel d’être attentif à sa souffrance et à ses besoins particuliers dans ces moments là.



Les enfants en deuil : un isolement, une souffrance

Que ce soit dans l’intention de le protéger ou parce que la personne qui meurt est à l’hôpital, l’enfant est souvent écarté de sa famille lors de la fin de vie et de la mort d’un proche. Nombre d’enfants vivent alors une angoisse qui a peu de mots pour se dire au sein de la famille, tant le stress émotionnel de chacun est fort.

S'il ne peut dire les questions qui l’habitent ni exprimer les émotions - fortes et souvent contradictoires - qu’il ressent, le processus de deuil de l’enfant risque de se compliquer, voire de devenir pathologique. Un deuil précoce bien accompagné a toutes les chances de s’intégrer normalement. Par contre les conséquences d’un deuil dans l’enfance bloqué dans son processus s’impriment dans la vie de l’adulte et peuvent mener à de nombreuses difficultés psychologiques importantes.



L’influence du contexte de vie

De nombreux facteurs vont influencer le déroulement du processus de deuil de l’enfant. Des éléments tels que son âge, son état de santé physique et mental, la relation qu’il entretenait avec la personne décédée, les circonstances du décès, ce que l’on en dit à la maison, l’attention aux besoins qu’il exprime, vont favoriser son processus de deuil ou bien le contrarier.

De plus, l’enfant va avoir tendance à calquer sa manière de vivre son deuil sur celle de son entourage immédiat. Aider l’enfant, c’est donc aussi aider sa famille.



Différences

Le stade de développement de l’enfant est un facteur important : selon son âge, sa capacité à intégrer la perte sera différente ; son appréhension et sa compréhension de la mort sera autre.

Chaque enfant a sa manière à lui d’aborder et de passer au travers du processus de deuil. Les enfants d’une même famille auront chacun leur façon de tracer le chemin de leur deuil : leurs questions seront différentes et se poseront à des moments distincts, les uns auront besoin de plus de temps que les autres et la progression vers une intégration de la perte sera très personnelle à chacun.



Face à l’enfant en deuil

Les professionnels qui ont étudié le deuil de l’enfant (comme le Dr. Michel Hanus, Marie-Frédérique Baqué, Barbara M.Sourkes et bien d’autres) ont répertorié un certain nombre d’éléments communs à tous les enfants en deuil. Prendre en compte ces éléments aidera l’enfant à poser les bases de son processus de deuil :


    La vérité

  • L’enfant a besoin de savoir la vérité. Cette vérité doit lui être dite avec des mots adaptés à son âge, ceux qu’il va comprendre et qui sont justes. Il est essentiel d’accompagner l’enfant dans ses réactions à cette annonce, de respecter son besoin de poser des questions, si étonnantes puisent-elles paraître à l’entourage.
  • La cohérence et la permanence du langage sont très importantes : par exemple, quant un papa est mort dites à l’enfant qu’il est " mort ", pas qu’il est " en voyage ", ou qu’il s’est " endormi " etc.



  • La sécurité

  • Il doit savoir qu’il va continuer à être aimé et que ses proches vont s’occuper de lui. Quand un papa ou une maman meurt, l’enfant peut avoir des angoisses quant à sa survie : Qui me donnera à manger ? Qui m’amènera à l’école ? etc. Sécurisez-le et répondez à toutes ses questions.



  • La peur de mourir

  • L’enfant va avoir peur de mourir comme son parent, de tomber malade comme lui, d’avoir un accident comme lui et, comme me le disait une fillette dont le papa s’est suicidé " d’être pareille ". Pour lui, la mort est comme une maladie contagieuse, elle s’attrape comme un rhume. Il se sent donc très réellement " menacé de mort ". Il a aussi peur que ses proches ne meurent à leur tour en " attrapant " la mort.
  • Dites-lui que la mort ne s’attrape pas comme une grippe.
  • Différenciez-le d’avec la personne qu’il aime et qui est décédée : il est, lui, une autre personne, il a sa personnalité et sa vie propre.



  • La culpabilité

  • L’enfant a besoin de savoir qu’il n’est pas coupable de la mort de son parent. En relation avec les étapes de son développement (jusqu’à 8-9 ans, mais cela peut varier et se prolonger), il a la croyance qu’il peut, d’une simple pensée, provoquer un événement et qu’il a le pouvoir sur les choses et sur les gens. Les enfants plus âgés auront eux-aussi un sentiment de culpabilité, mais pour des raisons différentes.
  • Dites à l’enfant qu’il n’est pas coupable de la mort de son parent.
  • Expliquez-lui que penser à la mort ne va pas la provoquer : une pensée ne peut pas faire mourir quelqu’un.
  • Attention : si l’enfant est la cause involontaire d’un accident mortel, il est nécessaire de lui parler vrai tout en lui rappelant toujours qu’il est aimé.



  • L’amour porté à son parent décédé

  • L’enfant a besoin de savoir qu’on ne va pas oublier son parent mort, qu’il a toujours une place dans le cœur de ses proches, d’une autre façon puisqu’on ne le verra plus.
  • Dites-le lui, et montrez lui que vous aussi, vous continuez d’aimer cette personne.



  • Dernier au-revoir et participation aux funérailles

  • L’enfant ne peut pas, avant l’âge de 10 ans, comprendre la mort comme irrévocable. Pour lui elle n’est pas définitive et, comme dans un jeu, ou comme dans les dessins animés, le mort est tué puis il se relève et reprend le cours de sa vie.
  • Pour l’aider à saisir la réalité définitive du décès de son proche, il a besoin de voir la personne décédée.
  • Proposez-lui cette visite d’au revoir à son parent mort et accompagnez-le : il a peut-être des questions à poser et il est nécessaire qu’il se sente en sécurité.
  • Attention : s’il refuse d’aller voir son parent mort, ne le forcez pas ! Ne l’emmenez pas non plus si le défunt est défiguré ou méconnaissable suite, par exemple, à un accident.
  • De même pour les rites funéraires : il est bon qu’il y participe, entouré de ses proches. Mais ne le forcez pas à venir. S’il ne veut pas y aller, demandez-lui plutôt les raisons de son refus, écoutez-le et répondez à ses craintes.


Accompagner la famille

Aider la famille éprouvée, c’est aussi aider les enfants de cette famille. Cela peut être de proposer des appuis très concrets (trajets, courses, accompagnements à l’école, etc.) Ou simplement faire savoir que l’on est disponible, écouter les proches et accueillir leurs émotions, être discrètement présent, avec mesure, tact et attention.

C’est aussi de veiller à ce que les enfants vivent les différents moments du deuil dans leur famille, avec leurs proches, voire faciliter l’intégration des enfants avec des suggestions concrète d’accompagnement.



Marie-Dominique Genoud est responsable du travail psychosocial et cheffe de projets à la Fondation As’trame, Lausanne.


(Source: http://www.geneve-famille.ch/dossiers/parlonsen/ledeuil.htm)